Get Adobe Flash player

Felibrejado

 

« E perqué sian en trin de bateja, zóu ! apounden au titre de nosto Reneissènço tóuti li sagatoun que n’en dèvon trachi ». Fai Pau Giera.
« Iéu, diguè Mathiéu, ajuste lou mot felibrejado pèr dire un « rejauchoun de pouèto prouvençau ».

Mistral, Memòri e Raconte
 

Diplomo d’ounour atribuï is enfant de Pichoto Camargo, escoulan dóu cous de lengo, pèr l’Unioun Prouvençalo, à l’escasènço d’un councours de pouësio – 6 de Jun de 1998
 
Diplomo d’ounour atribuï is enfant de Pichoto Camargo, escoulan dóu cous de lengo – 6 de Jun de 1993
 

LOU CORB E LOU RENARDViraduro / Traduction de Maurice

Mèstre Corb sus un aubre quiha Tenié dins soun bè un froumage Mèstre Reinard pèr l’óudour alecha Ié tèn à pau près aquèu lengage  » Hé ! bon-jour, moussu dóu Courbèu Que sias poulit ! que me semblas bèu ! Sèns menti, se voste ramage Se rapourto à voste plumage, Sias lou fènis dis oste d’aquesti bouscaio  » A n’aquesti mot lou Corb se sènt plus de joio ; E pèr moustra sa bello voues Duerb un large bè, e leisso toumba sa pres Lou Reinard s’en sesis, e dis :  » Moun bon Segnour Aprenès que tout flatous Viéu i despèns d’aquèu que l’escouto Aquelo leiçoun vau bèn un froumage, sèns douto  » Lou Corb crentous e counfus Jurè mai un pau tard, que se ié prendrié pu. Maître Corbeau sur un arbre perché
Tenait dans son bec un fromage Maître Renard par l’odeur alléché Lui tint à peu près ce langage
 » Hé ! Bonjour, Monsieur du Corbeau Que vous êtes joli ! Que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.  »
A ces mots le Corbeau ne se sent plus de joie ;
Et pour montrer sa belle voix
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie
Le Renard s’en saisit et lui dit :
 » Mon bon Monsieur Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.  »
Le Corbeau honteux et confus
Jura mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus
 LI CHIVALIE CATARE
Viraduro / Traduction
de Richard
Chanson de Francis Cabrel
Li Chivalié Catare
Plouron douçamen
Au bord de l’autorouto
Quand lou sèr davalo
Coume uno darrièro escorno
Coume un darrié tourment
Au mitan di bourroulo
En raubo de cimentLou fum di veituro
Li caiau dis enfant
Lis iue sus li champ de tourturo
E lis ourduro, davans
Es quaucun dóu dessus de la Lèiro
Qu’aura dessina li plan
A demembra sus la raubo
Li taco de sang
            Lis an esculta dins la pèiro
Que i’a esclapa lou cors
Lou visage dins la póusso
De soun ancian tresor
Sus lou grand panèu de lume Racountas tambèn sa mort
Li chivalié catare
Ié penson encaroEn mau despié d’aquèli que decidon
Dóu passat e dóu presènt
An que sèt siècle d’istòri
Soun toujour vivènt
Ause toujour lou brut dis armo
Vese encaro souvènt
De flamo que licon de muraio
E de carnas gigant

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Catégories