Get Adobe Flash player

D’autour

 

FOLCO DE BARONCELLI – JAVON

« L’aucèu dóu cor fidèu »

Lou Marqués Folcò de Baroncelli – Javon nasquè lou 1er de Nouvèmbre de 1869 à – z – Ais de Prouvènce d’uno famiho aristoucratico d’óurigino touscano que restavo en Avignoun desempièi lou siècle quingen. Einat de nòu enfant, Folcò rèsto li proumiéris annado de sa vido en Avignoun dins l’oustau famihau, lou palai di Baroncelli o « palai dóu Roure ».

Enfant demoro souvènt encò de sa grand meirenalo, Madamo de Chazelles, au doumaine de Bello Costo, li biòu e li chivau de Camargo lou pivelon. Pensiounàri dóu licèu de Nime, fai couneissènço emé forço aficionado demié lis interne que partejon d’à cha pau sa passioun. Folco escriéu e soun goust pèr la literaturo lou meno à treva lou ciéucle de Mistral e de si coumpan . Soun amista emé Frederi Mistral fai qu’aquéu ié fiso lou mestrige de soun journau « L’Aïoli », mai lou marqués es pipa pèr la Camargo e si grands espàci. Ebri de liberta, quito Avignoun e s’en vai i Sànti Marìo de la Mar ount lougara avans de croumpa soun mas de l’Amarèu.

Baroncelli devèn manadié. Sieissanto an durant vai mena la vido rufo e mau-seguro di gardian. Mai que mai à chivau, vesti de soun eternalo vèsto de velout negre e de si braio « pèu de darboun » que vendran la tengudo ouficialo di gardian, « Lou Marqués » coume ié dison i Santo, devèn la figuro emblematico de la Camargo. Si pouèmo e raconte dison la bèuta fèro d’aquéu delta qu’en jusqu’alor pourtavo esfrai pèr soun climat mau-san e si fèbre. Baroncelli fai dóu mestié de gardian, incouneigu o mespresa, « un mestié de glori ». Marido uno jouino parisenco que vendra parteja sa vido rustico. Tres fiho neissiran : Nerto, Magalouno e Frederique que se maridara emé lou manadié Aubanel.

Touto sa vido Baroncelli aparara li pople umelia e óupremi. Vèi dins li boumian, li proumiés estajan de la Camargo e li canto dins si vers. Lou Marqués s’encaro contro lou chaple dis Indian di plano d’Americo, trai un rampèu i cavalié sóuvajo dou mounde e crido sa coulèro dins si pouèmo. Entretenènt uno courrespoundènci emé Buffalo Bill, lou counvido i Santo. En virado en Europo l’américan rèsto au mas de L’Amarèu emé li chèfe indian que van coutrìo. Avans de s’en ana pèr li gràndi plano de l’Ouèst, lis Indian batejèron lou Marqués « l’aucèu dóu cor fidèu ».

En Camargo la raço antico di pichot biòu negre dóu banage en liro es mastinado de biòu espagnòu. Baroncelli se bandis à la perdudo dins uno lucho achinido pèr l’aparamen de l’identita camarguenco. Sa manado coumto que de biòu de puro raço dóu terraire.

Lou 24 de Jun 1904, se foundo « la Nacioun Gardiano » assouciacioun de gardian proufessiounau e manadié qu’aparon la lengo e li tradicioun : biòu, fèsto e tambèn lou coustume d’Arle e de la Camargo. Vuei, es duberto tambèn i gardian amatour e i mantenèire di tradicioun. Jule Grand fuguè lou proumié capitàni, Jan Grand secretàri e Jan Berard clavaire.
Lou Marqués Folco de Baroncelli defuntè en 1943 e fuguè sepeli en Avignoun. En Juliet 1953, si cèndre fuguèron muda i Sànti Marìo de la Mar pèr la counfrarié di gardian de Sant Jorge e la « Nacioun Gardiano » beilejado pèr soun capitàni, gardian e pouèto Anfos Arnaud.

Esperage

Gardian que, libre e fièr e li tres pouncho en aut,
Dre dins vòstis estriéu, enebria pèr la targo,
Aparas lou païs sus vòsti blanc chivau,
Desempièi tant de siècle, i raro de Camargo,

Gardian brun, quand, de-fes, davalas dins lou round
E qu’anas espera d’à-pèd la tauro negro,
Davans tout noste pople, emé lou ficheiroun,
Sian fraire, o Gardian brun ! meme diéu nous alegro

La vaco a lèu boumbi, mai, vous, sias bèn couta,
E tres cop l’aubouras en l’èr emé lou fèrri,
E se lipo lou nas e, niflant dóu coustat
Di palun, pènso plus qu’à rugi liuen dóu cièri.

Gardians qui libres et fiers et les trois pointes du trident en l’air,
Droits dans vos étriers, grisés par la bataille,
Défendez le pays sur vos blancs chevaux,
Depuis tant de siècles, aux confins de Camargue

Gardians bruns, quand parfois, vous descendez dans l’arène
Pour aller attaquer à pieds la génisse noire,
Au trident, devant tout notre peuple,
Nous sommes frères, ô gardians bruns ! Le même dieu nous met en joie.

La vache a vite fait de bondir, mais vous êtes bien campés
Et trois fois vous l’élevez en l’air à la force du fer
Et elle se lèche le nez et, reniflant du côté
Des marais, elle ne pense plus qu’à fuir loin du cirque.

Mon frère Rouge
Chante, terrible.
C‘est un chant de mort.
Mon frère indomptable a un grand courage.
Rouge est mon cœur !
Hélas ! Rouge est mon cœur !

Mon frère avait
Un empereur
Puissant et renommé
Pour le conduire dans le sentier de la guerre :
Montesuma
Hélas ! Montesuma !

Mon frère avait des villes Superbes, par milliers,
Des temples, fleuris
De toutes les pierres précieuses et d’or pur, offerts
Au Grand Esprit,
Hélas ! Au Grand Esprit !

Il possédait, farouche,
Pour ses carnages,
Les plaines et les montagnes
D‘un monde et, serrés comme la moisson,
Combien de bisons !
Hélas ! Combien de bisons !

Et, libre et sage,
Tel que ses aïeux Fils du Soleil,
Il fumait, orgueilleux, au feu du Conseil,
Son calumet,
Hélas ! Son calumet !

Mais l’homme Pâle,
Qui fait sa joie
De tout salir,
Un jour apparut, loup enragé,
La gueule béante,
Hélas ! La gueule béante !

Soulòmi rouge

Moun fraire
Rouge Canto, ferouge.
Es un cant de mort.
Moun fraire indountable a lou pitre fort.
Rouge èi moun cor !
Ai ! rouge èi moun cor !

Avié, moun fraire,
Un emperaire
Grand e renouma
Au draiòu guerrié pèr l’acamina :
Mountesuma !
Ai ! Mountesuma !
Avié de vilo
Superbo, à milo,
De tèmple flouri
De tóuti li gèmo e d’or pur, óufri
Au Grand Esprit,
Ai ! Au Grand Esprit !

Avié, sóuvage,
Pèr si carnage,
Li plano e li mount
D‘un mounde e, sarra coumo uno meissoun,
Quant de bisoun !
Ai ! quant de bisoun !

E libre e sàvi,
Tau que sis àvi
Felen dóu Soulèu,
Fumavo, ourguious, au fiò dóu Counsèu,
Soun calumèu,
Ai ! soun calumèu.

Mai l’ome Pale,
Que fai soun chale
De tout embruti,
Un jour pareiguè, chin aloubati, Lengau sourti,
Ai ! lengau sourti !

 

Viraduro

Mon frère Rouge
Chante, terrible.
C‘est un chant de mort.
Mon frère indomptable a un grand courage.
Rouge est mon cœur !
Hélas ! Rouge est mon cœur !

Mon frère avait
Un empereur
Puissant et renommé
Pour le conduire dans le sentier de la guerre :
Montesuma
Hélas ! Montesuma !

Mon frère avait des villes Superbes, par milliers,
Des temples, fleuris
De toutes les pierres précieuses et d’or pur, offerts
Au Grand Esprit,
Hélas ! Au Grand Esprit !

Il possédait, farouche,
Pour ses carnages,
Les plaines et les montagnes
D‘un monde et, serrés comme la moisson,
Combien de bisons !
Hélas ! Combien de bisons !

Et, libre et sage,
Tel que ses aïeux Fils du Soleil,
Il fumait, orgueilleux, au feu du Conseil,
Son calumet,
Hélas ! Son calumet !

Mais l’homme Pâle,
Qui fait sa joie
De tout salir,
Un jour apparut, loup enragé,
La gueule béante,
Hélas ! La gueule béante !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Catégories