Get Adobe Flash player

Cousido de Danso

LA FARANDOULO

La farandoulo es un elemen à remarca, dóu group di danso tradiciounalo, pèr soun ritme ternàri, sa formo serpentouso e soun role dins la soucieta. Apartèn au vièi founs di danso mieterrano e soun ritme la rènd procho de la gigo escousseso o de la soltarello dóu Sud de l’Itàli (sic. Fernand Benoit).

La farandoulo : espressioun souciou-culturalo.

Coume lou dis Maurice Agulhon : « La manifestation banale et polyvalente, celle qui prendrait aujourd’hui la forme d’un défilé, d’une marche en colonne, est alors représentée par la farandole qui court au rythme du tambour ».

Elemen de countèsto, dis d’un biais particulié e festiéu, la sensibilita dóu moumen.

Ansin en 1820 à Comps, après agué foro-bandi un gardo-fourestié, lis estajan an engensa une fèsto que s’es acabado pèr uno farandoulo. La fèsto, coume la danso, soun l’espressioun d’un biais de viéure proche lis uns dis autre e qu’es mal-eisa d’aguè idèio vuei.

Aquelo longo cadeno umano counducho devers un rode precis, s’enrolo sus elo-memo fin de fourma un cacalaus ou peloto que vai se durbi pèr un pont de dous bras leva e se deroula. Segound Fernand Benoit, la farandoulo a soun fougau dins la Basso-Valèio dóu Rose à Barbentano e Arle, s’es pièi espandido sus Prouvènço entiero.

De meme, en pleno repressioun souto l’Empèri segound, la coumuno de Cuers es toumbado i man di republican. Uno estatuo de la liberta devèn l’apeoun d’uno manifestacioun de gau. L’adornon de la cherpo de tres coulour dóu conse desenanti e dóu drapèu francés avans que de s’abriva dins uno farandoulo improuvisado.

Reflèisse naturau, coume diran li acusa davans lou tribunau, la farandoulo es uno espressioun dirèito, non pesado de l’envans poupulàri. L’estatuo de la liberta, simbole pouliti, es chausido pèr aquelo danso : se danso à l’entour de la Republico.

De cop que i’a li causo soun mai vióulènto.
Ansin à Cano, en 1840, Lou Prefet dóu Var, vengu pèr l’inaguracioun dóu nouvèu port, se faguè un pau trigoussa pèr uno troupo de matalot qu’èron vengu lou querre à uno lègo de la vilo, coume acò se fai generalamen dins li ceremounié óuficialo. Lou journau republican dóu païs counto :

« Le Préfet fut obligé de quitter sa voiture et, de suivre les jeunes gens qui le précédaient en formant une sorte de farandole connue dans la localité sous le nom de « danse des Olivettes ». Vous dire tout ce qu’il y eut de souffrances, tant au physique qu’au moral, de ce pauvre préfet, forcé qu’il était d’avaler une poussière plus qu’abondante, de marcher pendant plus d’une heure sous les rayons brûlants d’un soleil de juin, et de jouer un rôle tout au moins ridicule de cette danse des Olivettes, serait chose impossible ».

Saupre s’èro vertadieramen la danso dis óuliveto, couneigudo à Marsiho, pèr la recoustitucioun dóu sèti de la vilo pèr Cesar, au través de semblant de batèsto e de cargo de cavalarié ? ço que vau la peno de signala es que lou journalisto ague ajusta aquelo danso à la farandoulo refourtissènt ansin soun usage coume terme generi.

En seguido l’acioun es vioulènto, se charivarino, lou Prefet devenèn la miro di dansaire. Entrahina dins lou revoulun de la fèsto – dins la danso dis óuliveto Arlequin n’es lou simbole – lou paure Prefet se retrobo la vitimo simboulico d’uno espressioun poupulàri. Fin finalo, lou Prefet decasso lou conse de si founcioun. Lou nouvèu counsèu municipau pren un arrestat pèr enebi la danso dis óuliveto. Tant lèu dous camp s’afronton, lou que vòu lou mantèn de la danso ié dison « li demoucrato » e l’autre proche dóu consèu municipau que ié dison « lis aristoucrato ».

Ansin la tradicioun s’enmesclo dins lis afaire poulitico e n’en devèn l’enjò. Perqué, dela , la danso es l’espressioun demoucratico que lou conse ataco e acò se pòu pas endura. Ansin l’espressioun d’un evenemen istouri trobo souvènt soun foundamen dins li tradicioun culturalo bèn cavihado que baio à-n-aquéu l’endrechiero seguido.

La farandoulo : danso de « caractère ».

Proche de la farandoulo poupulàri, la farandoulo emé uno teinico sabènto e coudificado desempièi lou siècle dès-e-seten s’es espandido. Aquelo danso de caratère nous vèn de militàri.

Desempièi Colbert, la fourmacioun di mèstre de danso a permés de basti uno pedagougìo que sa qualita èro counsacrado pèr de diplomo. Li jóuini militàri vengu de tóuti li classo de la société proufichavon d’uno soulido fourmacioun de danso classico e aquéli que lou desiravon poudien passa un diplomo de mèstre de danso.

Après la desfacho de Sedan, en 1870, li cous de danso s’avalisson di salo de ginnasti militàri. Li jouine desmoubilisa tournon mai dins si vilage e van founda li societa de farandoulaire. Soulet lis ome èron amés, li mèstre ensignavon soun art à de jouine, destimbourla après agué participa i chaple de 1870. Ansin uno disciplino rejo e coudificado venié renouvela l’usanço courrènto de la danso.

Li proumiéri deseno d’an dóu siècle vinten se debanèron emé si mort, destrantaiant li soucieta, que veguèron si mèstre de danso mouri o reveni amputa coume Jóusè Aymé Charpentier, « Nono », mèstre de danso de la soucieta d’Aramoun. Aquéli soucieta an pas pouscu escapa à l’engajamen pouliti di tradicioun. Ansin, i’aguè de farandoulo roujo e blanco, de la coulour de la taiolo. Fau dire qu’en Prouvènço, lou rouge es la coulour di « conservaire » e lou blanc la di »prougressisto ». Acampado en councous, li soucieta pourgisson un espetacle de danso dicho « classico ».

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.

Catégories